CHASSIS


10 On peut envisager 3 matériaux:

le bois de préférence du contre-plaqué de 15 à 20 m/m
le métal, tubes soudés, boulonnés et cintrés, soit cylindriques (tubes chauffage 15/21), soit carrés 20 à 25 m/m
le plastique, tubes et raccords de toutes sortes en PVC de 10 m/m


On utilisera ni vis ni clou, tous les assemblages seront réalisés par soudures, boulonnages ou collages. On fera un plan préalable tenant compte des dimensions finales de la caisse (entre 1,20 m et 1,80 m de long par 0,70 m à 1 ,10 de large) et de la position du pilote. Le mieux est de placer le siège au centre du châssis et de calculer les positions des autres commandes et éléments à partir de celles du siège, et non l'inverse.


A noter qu'il est très facile d'adapter des rails de réglage de sièges d'auto genre R4 ou 204. Ce qui permettra aux différents pilotes d'être tous assis correctement pour atteindre les commandes.


Un châssis métallique sera constitué d'un cadre rectangulaire sur lequel seront rapportés les autres éléments. Un châssis en bois reprendra le même principe, sauf que la partie principale sera constituée d'une planche de contre-plaqué. Cette une solution moins homogène, surtout valable pour des caisses légères et de dimensions réduites.


On peut aussi réaliser le châssis en tube PVC collé, il faudra de toute manière le renforcer par un plancher en bois et rapporter des tubes métalliques pour la fixation des éléments mécaniques.


Le gros avantage du PVC est la facilité du montage ainsi que la possibilité de faire un châssis en "treillis" qui servira de support à la carrosserie. Par contre c'est très cher et peu résistant aux chocs.
I I existe bien sûr d'autres solutions en partant de matériaux de récupération comme un vieux sommier, des pièces d'échafaudage, un vieux portail, etc... Ce sont souvent les plus intéressantes financièrement, mais aussi pour la solidité.

A titre indicatif, un exemple:

retour